Le chef de l’Etat a offert ce samedi 27 décembre à la présidence de la République, un déjeuner en faveur des personnes handicapées. Occasion pour Boni Yayi d'exprimer sa solidarité et d'annoncer de nouvelles mesures en faveur de cette couche marginalisée de la société.

Le Chef de l'Etat, en bon père de la nation, reste sensible aux conditions existentielles de toutes les couches de la société béninoise. L'une des couches les plus fragiles, en l'occurrence les personnes handicapées, a été mise à l'honneur ce samedi, à travers un déjeuner, organisé à la salle du peuple du Palais de la République. Les convives du Président Boni Yayi n'ont pas manqué l'occasion pour dire de vive voix, les difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien. Ferdinand Adéchi, porte-parole des handicapés, cite entre autres la marginalisation sociale, la discrimination, la non prise en compte de leur potentiel dans les divers services de l'Etat, etc. "Le statut général des agents de l'Etat exclut les handicapés. Leurs dossiers sont systématiquement rejetés". Les concours de recrutement des années 2008 et 2013 en sont des exemples palpables, deplore-t-il. Si en 2014, des améliorations sont notées en matière de recrutement dans la fonction publique, un grand fossé continue de séparer les handicapés des autres couches de la population, note-t-il. Le secteur privé leur ouvre difficilement ses portes. Installés à leur propre compte, ils ne bénéficient pas des accompagnements des structures mises en place pour la promotion de l'auto-emploi. Pour marquer une rupture avec cet état de choses, Ferdinand adéchi plaide pour la prise de mesures correctives, notamment l'adoption de la loi portant promotion et protection des personnes handicapées, dont l'avant-projet est resté bloqué dans les tiroirs de la Cour suprême depuis des lustres.
"C'est un déjeuner républicain pour vous dire que vous êtes partie intégrante de notre nation. Pour moi, la République est comme une mère qui se doit de rassembler tous ses enfants sans exclusion aucune et d’entourer d'une attention soutenue et particulière ceux d'entre eux qui sont les plus fragiles », reconnaît le président de la République. Pour lui, la personne handicapée en tant que personne humaine est égale aux autres en dignité et en droit. C'est pourquoi, soutient-il, il est nécessaire de prendre en compte cette couche dans l’animation de la vie économique et sociale. "Vous n'êtes pas des handicapés. Vous avez d'énormes potentialités qu'il faut mettre en valeur. Vous mettre à l'écart relèverait du gâchis, car vous êtes encore utiles à la République », martèle Boni Yayi. Pour inverser la tendance actuelle, Boni s’engagé à faire aboutir le projet de loi relatif à la promotion et à la protection des personnes handicapées. Il annonce par ailleurs l’organisation sous peu d’un recrutement spécial dans l'administration pour les handicapés tout en promettant qu'à chaque recrutement, de veiller à ce que 5 à 10 % des postes soient dévolus aux personnes handicapées". En guise de cadeau de Noël, le Président de la République annonce la mise en place d’un fonds d’un milliard et demi de francs CFA en faveur des personnes handicapées, dénommé "le milliard et demi de l'amour de la nation".

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

​ Déjeuner de travail avec les handicapés Boni Yayi coommunie avec les couches les plus vulnérables
Retour à l'accueil